Recherche d'articles

Toute l'actualité de la santé sur MEDICALGERIE:

Une valeur basse de l’hormone anti-mülérienne ne compromet pas la stimulation ovarienne


Injection-hormones.png (849×566)
L’hormone anti-müllerienne (AMH) est un marqueur reconnu de la réserve ovarienne et son taux est étroitement corrélé à l’âge de la femme. S’il n’existe aucun doute sur une corrélation positive entre le taux sérique d’AMH et la réponse ovarienne, il n’y a pas encore de consensus  sur la réponse à donner devant un taux bas d’AMH chez une patiente infertile : faut-il recommander ou déconseiller une stimulation ovarienne dans une telle situation ? Une étude rétrospective portant sur plus de 5 500 cycles d’ICSI, réalisée par une équipe espagnole, montre que, si de grandes différences existent dans les taux de grossesses selon le taux d’AMH initial, les patientes ayant les taux les plus bas gardent toutefois des chances non négligeables de grossesse. Dans cette étude, le taux de grossesses va en effet de 45,3 % pour les valeurs les plus basses de l’AMH, à 54,1 % pour les valeurs les plus élevées.


Dr Roseline Péluchon

RÉFÉRENCE
Pacheco Castro A et coll. : Predictive value of very low levels of serum Anti-Mã1/4llerian hormone for pregnancy rate. 32ème Annual Meeting of ESHRE (Helsinki, Finlande) : 3 – 6 juillet 2016.