Recherche d'articles

Toute l'actualité de la santé sur MEDICALGERIE:

Le paracétamol inefficace contre l'arthrose

06/06/2016
PARIS - Classiquement prescrit aux personnes souffrant d'arthrose, le paracétamol s'avère inefficace contre leurs douleurs ou pour améliorer leurs capacités physiques, selon une étude publiée vendredi dans la revue médicale The Lancet.
L'étude menée sur 22 traitements au total - différentes doses de paracétamol et sept médicaments anti-inflammatoires  - a montré que le paracétamol ne présentait pas "d'efficacité cliniquement significative" même s'il est "légèrement meilleur" qu'un placebo.
L'arthrose est une maladie inflammatoire qui engendre des douleurs, des gonflements, des raideurs et une perte du fonctionnement des articulations.
Elle touche près de 10% des hommes et 18% des femmes de plus de 60 ans.
Le médicament le plus efficace contre les douleurs liées à l'arthrose s'est avéré être l'anti-inflammatoire diclofenac (Voltarène, commercialisé par Novartis et génériques) à une dose de 150mg/jour, devant d'autres anti-inflammatoires tels que l'ibuprofène, le naproxen ou le celecoxib.
Ces anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ne peuvent toutefois être prescrits sur de longues périodes en raison de leurs effets secondaires importants (troubles digestifs, cutanés ou cardiaques).
"C'est pourquoi le paracétamol est souvent préféré aux AINS pour gérer les douleurs à long terme, alors même que nos résultats suggèrent qu'il n'est pas efficace, à quelle que dose que ce soit, pour calmer la douleur due à l'arthrose", relève le Dr Sven Trelle de l'Université de Berne qui a dirigé l'étude.
L'étude a consisté à récupérer des données obtenues auprès de 60.000 patients qui avaient participé à des essais cliniques dont les résultats ont été publiés entre 1980 et 2015.
Aujourd'hui, dans la plupart des pays, les recommandations sont de prescrire dans un premier temps du paracétamol aux patients souffrant d'une arthrose, puis si nécessaire un AINS.
Dans un commentaire joint à l'étude, le Pr Nicholas Moore du département de pharmacologie de l'Université de Bordeaux, relève que le "résultat n'est pas complètement inattendu (...) l'efficacité du paracétamol n'a jamais été établie ou quantifiée à proprement parler dans les maladies chroniques et est probablement inférieure à ce que beaucoup imaginent".
"Sa sécurité pose également question et pas uniquement lors d'une surdose", ajoute-t-il.
Le paracétamol est très toxique pour le foie en cas de surdose, mais il peut également exceptionnellement avoir des effets cutanés ou hématologiques à des doses plus faibles.