Recherche d'articles

Toute l'actualité de la santé sur MEDICALGERIE:

Vers une prévention primaire de la maladie cardiovasculaire par statines et anti-hypertenseurs ?


Une pression artérielle élevée associée à une élévation du taux du LDL (low-density lipoprotein)-  cholestérol augmente le risque de survenue d’une maladie cardiovasculaire que devrait diminuer le contrôle de ces deux facteurs.

Dans l’étude HOPE 3 (Heart Outcomes Prevention Evaluation), menée selon un schéma factoriel 2x2,  12 705 participants jugés à risque intermédiaire (à savoir, hommes âgés ≥ 55 ans et femmes âgées ≥ 60 ans avec un seul facteur de risque en plus de l’âge), et indemnes de toute maladie cardiovasculaire, ont été assignés par randomisation à prendre rosuvastatine 10 mg/jour ou un  placebo, et candesartan 16 mg/jour + hydrochlorothiazide 12,5 mg/jour, ou à un placebo.
S. Yusuf et coll. rapportent les résultats des analyses portant sur 3 180 participants assignés au traitement combiné (rosuvastatine + les 2 agents  antihypertenseurs) qui ont été comparés aux 3 168 participants assignés à un double placebo.

Premier co-critère principal : critère composite associant décès d’origine cardiovasculaire, infarctus du myocarde non mortel, accident vasculaire cérébral non mortel.

Second co-critère principal : insuffisance cardiaque, arrêt cardiaque, revascularisation myocardique.

Avec un suivi moyen de 5,6 ans, la diminution du taux de LDL-cholestérol (0,87 mmol/l) était supérieure de 33,7 mg/dl sous traitement combiné comparé au double placebo ; et la diminution de la pression artérielle systolique était supérieure de 6,2 mm dans le groupe traitement combiné comparé au groupe double placebo.

Un des événements du premier co-critère principal est survenu chez 113 participants (3,6 %) du groupe traitement combiné vs 157 (5,0 %) du groupe double placebo (hazard ratio [HR] = 0,71 ; intervalle de confiance à 95 % de 0,56 à 0,90 ; p = 0,005).

Un des événements du second co-critère principal est survenu chez 136 participants (4,3 %) du groupe traitement  combiné vs 187 (5,9 %) du groupe double placebo (HR = 0,72 ; IC95 de 0,57 à 0,89 ; p = 0,003).

Faiblesse musculaire et lipothymies étaient plus fréquentes dans le groupe traitement combiné que dans le groupe double placebo. Cependant, le taux d’interruption du traitement était semblable dans les 2 groupes.

En conclusion, chez les sujets à risque intermédiaire mais indemnes de toute affection cardiovasculaire, comparée à la prise d’un double placebo, la mise sous une association de rosuvastatine (10 mg/jour), candesartan (16 mg/jour) et hydrochlorothiazide (12,5 mg/jour) s’est trouvée associée, avec un suivi de 5, 6 ans, à une diminution significative de la survenue d’événements cardiovasculaires.