Recherche d'articles

Toute l'actualité de la santé sur MEDICALGERIE:

Une carence en vitamine D accélère le déclin cognitif des personnes âgées



29/04/2016
WASHINGTON - Les personnes âgées qui souffrent de carence en vitamine D connaissent un déclin cognitif nettement plus rapide que celles avec des taux normaux, selon une étude publiée lundi.
"En moyenne, les sujets avec de fortes déficiences en vitamine D subissent un déclin de leurs capacités mentales jusqu'à trois fois plus rapide que celles avec des niveaux adéquats de cette vitamine", explique Joshua Miller, professeur de sciences de la nutrition à l'Université Rutgers (New Jersey) dont l'étude paraît dans le Journal of the American Medical Association - Neurology.
La vitamine D, connue surtout pour être essentielle à la santé osseuse, est principalement obtenue par une exposition au soleil, avec l'action des rayons ultraviolets sur un dérivé du cholestérol dans la peau. Elle est aussi présente dans le lait et certains poissons.
Plus récemment, les chercheurs ont découvert que la vitamine D paraissait également jouer un rôle important dans le fonctionnement cérébral.
Cette nouvelle étude a été menée de 2002 à 2010 avec 382 personnes de 60 à plus de 90 ans dont le taux de vitamines D et le niveau cognitif ont été testés une fois par an en moyenne pendant cinq ans. Les septuagénaires étaient les plus nombreux dans ce groupe.
L'étude compte des personnes avec un fonctionnement cognitif normal ainsi que d'autres souffrant de légères déficiences mentales ou de démence.
A la différence des précédentes recherches, ce groupe était diversifié racialement et ethniquement avec des Blancs, des Noirs et des Hispaniques.
La plupart (61%) avaient de bas taux de vitamine D dans le sang, dont 54% des Blancs et 70% des Noirs et des Hispaniques. Le taux jugé normal est de 30 nanogrammes par millilitre de sang.
Alors que les personnes à la peau foncée ont davantage tendance à avoir des carences en vitamine D en raison de la mélanine, un pigment qui bloque les rayons ultra-violets, les auteurs n'ont constaté aucune différence dans les taux de déclin cognitif entre les groupes ethniques et raciaux.
En d'autres termes, des carences en vitamine D étaient liées chez les participants à un déclin plus rapide des capacités mentales, quelle que soit la race ou l'ethnie.
"Certaines de ces personnes, qui ne s'exposaient pas suffisamment au soleil étaient peut-être atteintes d'un cancer de la peau ou craignaient d'en avoir un", relève Joshua Miller.
"Peut-être aussi qu'elles vivaient dans des régions peu ensoleillées ou avaient des emplois qui les empêchaient d'être suffisamment au soleil", ajoute-t-il, notant que dans ce cas les compléments de vitamine D peuvent compenser des carences.
Ce chercheur estime que davantage de recherches sont nécessaires: "Cela nous fournirait des données supplémentaires qui sont nécessaires pour aider à déterminer si des compléments de vitamine D pourraient permettre de freiner le déclin cognitif et prévenir la démence chez les personnes âgées".