Recherche d'articles

Toute l'actualité de la santé sur MEDICALGERIE:

Une nouvelle méthode d’IRM montre des lésions après une commotion cérébrale



17 mars 2016
Pour la première fois, des chercheurs canadiens ont utilisé de nouvelles techniques d’imagerie pour comparer un cerveau avant et après une commotion cérébrale et ont constaté des lésions qui étaient jusqu’à présent inconnues. Les résultats ont été publiés dans la revue « PLOS One ».

Pour les besoins de leur étude, les chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, ont fait passer une IRM à 45 joueurs de hockey, hommes et femmes, de deux équipes universitaires au début de la saison. Dans les mois suivants, 11 joueurs ont eu une commotion cérébrale et ont fait l’objet d’un scanner à l’aide d’une technique d’IRM développée spécifiquement pour la myéline, après trois jours, deux semaines et deux mois.

« Les analyses montrent que les lésions au niveau de la myéline chez les joueurs sont toujours présentes deux semaines après la blessure, même si les athlètes réussissent les tests neuropsychologiques habituels administrés après ces traumatismes » a déclaré l’auteur de l’étude, Alexander Rauscher. La couche isolante se détache des filets nerveux et nécessite plus de deux semaines pour se régénérer complètement.

Habituellement, la condition physique d’un joueur après une commotion cérébrale est évaluée par le biais de leur comportement et de leurs symptômes. Toutefois, les lésions observées dans les analyses ne correspondent pas aux résultats des tests classiques. Ces examens ne détectent pas les lésions cérébrales, ont noté les auteurs. Par conséquent, il est recommandé d’éviter les comportements à risque pendant un certain temps après une commotion cérébrale, même si aucun symptôme ne peut être détecté, parce qu’une deuxième commotion pourrait empêcher une récupération complète.